Les huiles végétales : une substance à décanter

Les huiles végétales : une substance à décanter

huiles-vegetales-blog-davidson-distribution
huiles-végétales-blog-davidson-distribution
Il existe une grande variété d’huiles végétales et elles n’ont pas toutes les mêmes propriétés. Notre alimentation nous fait en consommer déjà pas mal à l’insu de notre plein gré et pas forcément les meilleures pour notre santé. Petit tour d’horizon.

Le problème des huiles végétales c’est quoi ?

Les matières grasses en général, sont composées en grande partie (99%) de triglycérides : les acides gras saturés, les monoinsaturés et les polyinsaturés.
Les acides gras saturés sont mauvais pour la santé. Ce sont eux les responsables des artères bouchées. Les mono et polyinsaturés sont, quant à eux, bons pour la santé et on peut les trouver dans quantité d’aliments. Attention toutefois avant de crier haro sur les acides gras saturés, tous ne sont pas nocifs. Seulement 3 variétés présentent de réels risques pour la santé. Ces 3 acides gras saturés se retrouvent en grande partie dans les graisses animales, dans l’huile de coco et dans l’huile de palme.

La palme de la nocivité.

C’est dans l’huile de palme que l’on retrouve le plus de ces acides gras saturés. Et l’huile de palme concentre aussi les polémiques. D’une part à cause des impacts des acides gras saturés sur la santé et d’autre part sur l’environnement (exploitation environnementale, travail des enfants, déforestation…).
Et en plus…
L’huile de palme est celle que l’on retrouve le plus dans l’industrie agro-alimentaire. Dès que le terme « huile végétale » apparait dans la liste des ingrédients d’un produit industriel vous pouvez être sûr qu’il s’agit d’huile de palme.
Même si les méfaits de l’huile de palme sont connus depuis longtemps elle reste une source de gras facile à utiliser et plus rentable car non seulement elle peut être utilisée de pleins de manières différentes mais en plus elle est moins chère que d’autres sources de gras.

Mais alors comment faire ?

Lire les étiquettes des produits que l’on achète. C’est un bon moyen de limiter la dose d’huile de palme que nous consommons chaque jour.
Faire la cuisine à la maison. Au moins, on peut contrôler le gras que l’on met dans nos préparations.
Varier les huiles végétales que l’on utilise. Colza, tournesol, noix, pépin de raisin… il en existe une multitude. Elles ont toutes une saveur différentes et surtout ne s’utilisent pas de la même façon. C’est le moment d’introduire un peu de folie dans votre cuisine. Remplacez l’huile de tournesol ou l’huile d’olive de la vinaigrette par de l’huile de noisette ou de sésame

A propos

Laissez un commentaire