Blog :

Eau detox : l’indispensable de l’été !

Eau detox : l’indispensable de l’été !

Boire au moins 1,5l d’eau par jour est un geste indispensable toute l’année. Mais avec l’été qui arrive cela devient vitale. Notre corps est constitué à 70% d’eau et en transpirant nous perdons de l’eau, il est donc obligatoire de reconstituer ce capital pour éviter tout problème.

Cependant, il est clair que boire de l’eau n’a rien de très motivant. Un soda, un jus de fruit ou un cocktails sont beaucoup plus attirants mais n’apportent pas l’hydratation nécéssaire.

Heureusement, l’eau detox est l’atout indispensable pour cet été ! Hydratant et detoxifiant, l’eau detox est aussi plaisant à déguster.

 

eau-detox-citron

Qu’est ce que l’eau detox ?

Il s’agit tout simplement d’une eau qu’on a agrémenté de fruits et de légumes selon vos envies.

Rien de plus simple à réaliser donc : prenez une gourde filtrante et laissé infusé votre citron, concombre, menthe et autres.

Votre eau vous offrira de nombreuses vitamines et antioxydants libérés par les fruits et les légumes.

Notre conseils : privilégiez le citron, la pastèque, le concombre et les fruits rouges riches en antioxydants et en vitamines, qui vont vous aider à éliminer les toxines.

 

5 recettes d’eau detox :

Recette 1 : l’eau citronnée.

Alors c‘est la recette la plus difficile : il faut 1 bouteille, de l’eau et des rondelles de citron. Mettez l’eau dans la bouteille, ajoutez quelques rondelles de citron et c’est prêt !

Recette 2 : l’eau concombre-menthe.

C’est le même principe que l’eau citronnée, il faut ajouter quelques rondelles de concombre et quelques feuilles de menthe dans votre bouteille d’eau.

Recette 3 : l’eau pamplemousse-menthe.

Attention variante, il faut presser le pamplemousse et mettre le jus dans une bouteille, allongez avec de l’eau et ajoutez quelques feuilles de menthe pour la fraîcheur. Vous pouvez ajouter quelques tranches de pamplemousse à votre boisson pour la déco.

Recette 4 : l’eau à la pastèque.

Toujours sur le même principe ajoutez quelques morceaux de pastèque à une eau déjà fraîche et dégustez aussitôt.

Recette 5 : l’eau à la fraise.

eau-detox

Même recette qu’avec la pastèque, mais il faut ajouter quelques fraises. Consommez aussitôt cette eau, les fraises n’aiment pas les bains prolongés et risquent de se désagréger dans la bouteille.

 

Apnée du sommeil : l’orthèse révolutionnaire !

Apnée du sommeil : l’orthèse révolutionnaire !

L’apnée du sommeil, un vrai risque pour le ronfleur !

Si vous avez constaté chez votre ronfleur des micro-pauses de respiration (de plus de 5 secondes), s’il dort la bouche grande ouverte, se plaint de maux de tête en matinée, de somnolences intempestives en cours de journée, de réveils multiples et de besoin d’aller aux toilettes durant la nuit, alors il est peut-être concerné(e) par l’apnée du sommeil.

Le Syndrome d’Apnées Hypopnées Obstructives du Sommeil (SAHOS) peut entrainer de l’hypertension et des maladies cardiovasculaires. Les pauses respiratoires engendrent une fatigue du cœur et une mauvaise oxygénation du cerveau. Le sommeil n’est plus réparateur mais au contraire facteur de risques. 3% des ronfleurs sont concernés, et la fréquence du SAHOS est ENCORE plus élevée chez les plus forts ronfleurs.

 

Une orthèse anti ronflement et contre l’apnée du sommeil !

Il existe de nombreuses recettes de grands-mères comme des tisanes ou des jus pour éviter de ronfler mais lorsque celui-ci se transforme en apnée du sommeil, l’enjeu est tout autre !

Il existe maintenant une orthèse permettant de mieux respirer par la bouche et d’enrayer ce cercle infernal. Grâce à cette orthèse, vous allez pouvoir réguler les causes de ronflements qui ne sont pas dues à une mauvaise respiration nasale.

L’orthèse permet d’ouvrir les voies respiratoires situées dans la gorge en déplaçant légèrement votre mâchoire. Ce décalage permet de mieux faire circuler l’air dans les voies respiratoires.

Comme pour un protège dent pour boxeur, il suffit de placer l’orthèse dans l’eau avec le thermomètre vendu avec. Une fois les 2 gouttières ramollies, il faut faire les empreintes de vos dents en mordant dedans. Ensuite, les bandes souples permettent d’ajuster l’avancement de votre mâchoire inférieure pour s’adapter parfaitement à votre dentition. C’est justement cette modification du positionnement de la mâchoire qui va permettre de réduire les ronflements.

Les bienfaits du jus de gingembre.

Les bienfaits du jus de gingembre.

Le jus de gingembre a de nombreuses vertus et est utilisé depuis longtemps pour soulager différentes maladies. Dans votre jus de fruits et légumes, le gingembre peut vous apporter beaucoup, que cela soit en goût ou en bienfaits.

 

Vertus du jus de gingembre :

Tout le monde sait que le gingembre est un aphrodisiaque mais savez-vous qu’il est bien plus que ça ?

Maux de tête, nausées, ou nez bouché…le gingembre est là pour vous !

En effet, le gingembre contient beaucoup d’antioxydants qui vous protègent contre certaines cancers et maladies cardiovasculaires.

Ajouter un morceau de gingembre dans votre extracteur de jus est aussi parfait pour soulager les ballonnements.

Il aide aussi à diminuer le taux de sucre dans le sang. Le gingembre est donc préconisé aux personnes souffrant du diabète.

 

Cependant le gingembre a un goût assez fort, il ne faut donc pas trop en mettre dans votre jus et il n’est pas recommandé pour les femmes enceintes.

 

3 recettes avec du jus de gingembre :

Consommer le gingembre en jus est une très bonne façon pour profiter de tous ses bienfaits. Pour cela il suffit de vous munir d’un extracteur de jus et de choisir vos fruits et légumes préférés ! Voici quelques exemple de recettes pour vous mettre sur la voie :

Un jus qui décoiffe : jus de gingembre et citron

En effet ce jus n’est pas fait pour les petites natures ! Peut-être pas le meilleur au goût, ce jus est un concentré de bienfaits. Il peut-être consommé à petite dose tous les jours si vous avez des problèmes de digestion par exemple. Il est aussi recommandé pour tous les maux de l’hiver comme les angines, rhumes et autres.

Le tropical : ananas, citron, gingembre et menthe

Pour un peu plus de plaisir, ce jus est idéal pour les soirées d’été ! Le gingembre permet de relever et de donner plus de goût à votre mocktail (cocktail sans alcool)

Effet bonne mine : carotte, orange, citron et gingembre

Comme son nom l’indique ce jus est idéal pour avoir bonne mine en été comme en hiver. En effet les carottes sont une très grande source de bêta carotène qui aide notre peau à être moins terne. L’orange est source de vitamine C qui aide à la fabrication du collagène pour une peau ferme !

Eau pure et osmoseur : ce qu’il faut savoir !

Eau pure et osmoseur : ce qu’il faut savoir !

Eau pure pour une vie saine !

Quand on fait attention à notre bien-être, on pense à améliorer notre alimentation et à faire du sport. Mais avant de décider de manger bio, vivant ou encore vegan, il y a une chose à laquelle on ne pense pas : l’eau.

En effet, notre corps est composé majoritairement d’eau pourtant on ne se pose pas la question de la qualité de notre eau. Calcaire, nitrate, et autres sédiments ne sont pas bon pour notre santé. La filtration de l’eau est donc très utile pour bénéficier d’une eau pure et saine. L’eau pure est indispensable à votre bien être et un osmoseur (filtre à eau) est là pour ça !

 

Osmoseur pour toute la maison

Il existe plusieurs façon d’obtenir une eau pure, mais la plus simple et efficace est de se munir d’un osmoseur (filtre à eau). Sous évier, sur évier, nomade, il existe une multitude d’osmoseurs différents qui pourront répondre à chacune de vos attentes.

En plus de l’eau qu’on boit, il y a aussi toute l’eau qu’on consomme en se douchant ou en se lavant les mains. Pour les peaux sensibles, le contact avec l’eau peut être un vrai calvaire. La sensation d’une peau douce, de cheveux soyeux et d’un effet détente sont essentiels au sortir de la douche.

Les résidus nocifs, le chlore, le calcaire présents dans l’eau courante sont tellement agressifs que votre eau de douche est source d’allergies et de réactions dermiques immédiates. Il est nécessaire d’y apporter une solution car elles sont le signe d’une atteinte à votre organisme, dangereuse sur le long terme. Les douchettes filtrantes par exemple sont un bon moyen d’avoir une eau de qualité.

Enfin dans la cuisine de manière générale, l’eau peut être utilisé dans la préparation de vos plats mais aussi dans vos appareils de cuisine. En utilisant un osmoseur, le calcaire se formera moins facilement dans vos appareils et vous pourrez les garder en meilleur état plus longtemps. Que ce soit pour mettre dans votre bouilloire, pour rincer vos légumes et fruits avant de les mettre dans votre extracteur de jus et blender ou pour arroser vos graines germées.

Zoom sur les graines germées de lin !

Zoom sur les graines germées de lin !

Les graines germées de lin sont aussi appelées « linette ». Cette graine connue depuis longtemps permet de faire le plein de vitalité. Ces petites graines existent de 2 types différents : le lin brun et le lin doré. Et c’est là que se situe la différence majeure entre ces deux types de lin.

Hormis la couleur, il y a peu de différences nutritionnelles entre les différentes variétés de lin. D’ailleurs ces petites graines sont une excellente source d’oméga-3 et une source de fibres (il y en a toutefois plus dans le lin brun que dans la variété dorée).

Alors quels sont les bienfaits de ces petites graines germées et surtout comment les consommer pour bénéficier au maximum de tous leurs qualités ?

Les bienfaits des graines de lin.

La graine de lin est réputée pour avoir une action laxative elle est dont recommandée en cas de constipation chronique. Dans ce cas elle peut être consommée écrasée ou moulue et mélangée avec un peu d’eau.

La graine de lin serait également efficace pour traiter l’hypertension. Dans tous les cas, les études ont montré que les bienfaits du lin avaient une efficacité limitée. Mais si les apports sont minimes toutefois, ils sont bien présents et les nutriments contenus dans les graines de lin contribuent à une alimentation saine et de qualité.

Comment consommer les graines de lin ?

On peut les trouver sous différentes formes dans le commerce. Sous forme de graines (lin brun ou doré), sous forme d’huile de lin mais également de farine (seule ou mélangée avec d’autres farines).

La réponse la plus évidente à cette question est saupoudrées sur vos plats. Sur des petites salades fraiches en été ou une cuillère sur les soupes bien chaudes en hiver c’est très joli en plus d’être bon.

L’huile de lin peut être consommée en alternance avec d’autres huiles végétales. Changer régulièrement d’huile est excellent car elles ont toutes des propriétés différentes sur la santé.

La graine de lin libère tous ses bienfaits une fois écrasée ou moulue. Consommées telles quelles, les graines de lin ne sont pas assimilables par notre système digestif. Et c’est bien dommage vu toutes les qualités de ces graines.

L’idéal est de les faire passer au moulin à épices ou à café juste avant de les consommer. Au besoin vous pouvez également utiliser un petit hachoir à herbes ou bien un pilon et mortier. Mais avec cette dernière technique il faudra ajouter un peu d’exercice physique pour moudre vos graines de lin.

La farine de lin ne peut pas remplacer les autres types de farine que l’on peut trouver dans le commerce. Toutefois, 1 ou 2 cuillères à soupe transforment en jus en smoothie bien épais !

Mais la meilleure technique est de consommer les graines germées de lin (en salade par exemple). La graine de lin est facile à faire germer en 7 à 10 jours dans votre coupelle. Et les pousse de lin sont très agréables à manger. Il s’agit d’une graine mucilagineuse vous devez donc la faire germer dans une coupelle et non dans un germoir. Consommer des graines germées permet de profiter de tous les bénéfices de la graine.

De plus les graines germées de lin contient des phyto-œstrogènes qui favorisent le métabolisme du calcium. Il est donc intéressant d’en consommer.

 

Bio cohérence : respecter la nature et les hommes.

Bio cohérence : respecter la nature et les hommes.

Bio Cohérence ? Quel intérêt ?

Le label bio français a changé depuis quelques années. Il est calqué sur le modèle européen et d’après ses détracteurs n’est plus assez exigeant pour garantir une réelle qualité. Il existe des labels bio beaucoup plus exigeants mais très peu répandus en France. C’est le cas notamment de Déméter et Nature et Progrès.

Depuis 2009, la marque de magasin spécialisée dans le bio, BioCoop, a cofondé la marque Bio Cohérence. Parce qu’il n’est pas admissible de voir une mention bio sur des produits rapatrié du bout du monde. Certains consommateurs sont en train de s’en rendre compte, le bio a un prix mais il faut savoir celui qu’on paye.

 

Manger bio ? Peut-être une question de compromis.

Vaut-il mieux manger une salade de concombre bio du Maroc en hiver ou bien vaut-il mieux se fournir en local et de saison mais pas forcément bio ? Telle est la question de la bio cohérence.

Le mieux est d’avoir les deux à la fois. Bio et local. Et c’est possible quand on sait qu’une majorité de la production bio que l’on trouve en France est produite … en France.

Pour se fournir en fruits et légumes, le mieux reste les AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), qui pour la plupart propose des paniers de fruits et légumes provenant de productions locales. Toujours dans un soucis de bio cohérence.

Pour ce qui est des produits courants comme les produits laitiers et tous ceux qu’on peut trouver dans une cuisine traditionnelle, de plus en plus de magasins de grande distribution ont développé leur propre marque bio. Et c’est souvent là que ça dérape. Le bio devient plus accessible certes, même si certains produits restent plus chers en version bio qu’en version traditionnelle alors qu’ils sont produits dans les mêmes conditions. Mais à ce compte là, ce bio là a-t-il les mêmes qualités que des produits bio que l’on peut trouver dans des magasins spécialisés depuis de nombreuses décennies dans ces produits ?

Il reste de nombreuses questions à se poser sur le rôle du bio pour le respect de la nature et des hommes. Personne n’a toutes les réponses ou les solutions, il faut continuer à réfléchir et rester cohérent dans nos actions.

Betterave : la racine bien-être !

Betterave : la racine bien-être !

La betterave est la racine d’une plante, elle est utilisée comme légume dans l’alimentation. Il en existe 3 types différents : la betterave sucrière, la fourragère et la potagère.

 

Les différents types de betterave.

  • La betterave sucrière.

Elle est de couleur blanche et très riche en sucre. Une fois râpée, le jus en est extrait pour en faire du sucre. Le jus sert également à faire de l’alcool et de la mélasse.

  • La betterave potagère.

Elle est généralement de couleur rouge mais on en trouve également quelques variétés jaunes. C’est celle que l’on consomme le plus. Une fois cuite on peut la consommer en salade, en soupe (bortsch), en légume d’accompagnement… on peut aussi la déguster crue et râpée comme les carottes ou le radis noir.

  • La betterave fourragère.

Elle existe en différentes couleurs. Elle sert principalement à l’alimentation du bétail pendant la période hivernale. L’Homme peut également la consommer cependant, crue et sous forme râpée. Une fois cuite, les feuilles peuvent être consommée en soupe.

 

Les bienfaits de la betterave.

La betterave est source de vitamine C et de vitamine A (dans les feuilles). On y trouve également des fibres, de l’acide folique et des antioxydants.

Cette racine contient également des substances responsables de la vasodilatation. Des études ont montré que la consommation régulière de jus de betterave pouvait améliorer l’irrigation sanguine de certaines parties du cerveau ce qui contribuerait au ralentissement de la dégradation des cellules du cerveau.

De plus, c’est un légume très peu calorique.

 

Comment utiliser la betterave ?

Crue elle peut se consommer en salade. Il suffit de la peler et de la râper.

Cuite, elle peut se consommer en salade, en soupe, en légume d’accompagnement, en chips… Faites cuire la betterave avec la peau, elle conservera tous ces nutriments et sera plus facile à peler.

Les feuilles se consomment également crues en salade, ou cuites comme des épinards ou des feuilles de blettes.

Bien entendu le jus de betterave est excellent ! Même si cette racine est dure nos extracteurs de jus pourront très facilement la transformer en jus pour le plus grand bonheur des grands et des petits.

Ne jetez plus les fanes, cuisinez-les !

Ne jetez plus les fanes, cuisinez-les !

Voilà une nouvelle richesse dans votre assiette ! Nous négligeons trop souvent les jeunes feuilles, tiges, fanes de plantes racines bien plus riches en nutriments que le seul organe habituellement cuisiné (sauf en terme de sucres). Souvent jetées, les fanes peuvent apporter beaucoup à votre alimentation. Cela semble fou mais les fanes se cuisinent facilement !

 

Comment les consommer ?

Cuisiner les fanes nécessite d’abord de les débarrasser des feuilles abîmées ou jaunies. Puis de les laver précautionneusement, surtout si les produits ne sont pas bio. Ensuite, on peut presque tout faire.

  • Le feuillage du céleri-rave s’utilise comme le céleri branche pour parfumer les soupes.
  • Les fanes de navet peuvent se préparer crues en salade, coupées en chiffonnade avec de l’avocat pour compenser leur amertume ; en jus pour éliminer les fibres ; ou encore en smoothie, avec les fibres, pour une cure détox.
  • Les feuilles de betteraves, de brocolis, de carottes, de fèves, de navets, de panais, de radis peuvent garnir avec saveur gratins et omelettes, servir de base pour des sauces, se boire en soupe.
  • Varier les accompagnements avec les cosses de fèves, les feuilles de betteraves, de carottes, chou, navets, orties, patates douces. Notamment pensez au purée de cosses de petits pois.
  • Pour des quiches ou tartes, le choix est large : feuilles de carottes, navets, panais, radis, les tiges bien vertes d’échalotes, d’oignons … et pour les salades : toujours les premières feuilles de carottes, navets, panais, radis, mais aussi les tiges bien vertes d’échalotes, d’oignons !
  • Pour les soupes et veloutés : les cosses de fèves, de petits pois, les feuilles de carottes, navets, orties, panais, radis …

A l’autre bout de la chaine, chacun gagnera d’ailleurs à redécouvrir aussi les graines (sésame, lentilles, pois, pois chiche, sarrasin, lin,). A consommer cuites ou germées pour un maximum d’apports nutritionnels.

 

Autres solutions :

Et pour finir, pensez planète ! Le peu de déchets qu’il vous restera, ne le jetez pas en poubelle ménagère. Repérez le container à compost de votre commune, ou faites votre propre compost. Sinon, apporter vos déchets alimentaires dans les AMAP et potagers collectifs à proximité.

 

De petites attentions pour des yeux radieux !

De petites attentions pour des yeux radieux !

N’oubliez pas votre yoga des yeux !

Pratiquez-vous régulièrement votre Eye-san, (yoga des yeux) depuis notre dernier article ? Nous l’espérons ! Associé au port régulier des lunettes Ophtalgym (ou lunettes à trous) vous réduisez les signes de fatigue visuelle et même vous entretenez votre vue.

Pour compléter cette rééducation visuelle, sachez aussi privilégier un environnement et une hygiène de vie quotidienne favorables au bien-être de vos yeux. Quelques petites habitudes simples peuvent vous aider.

 

Vos yeux, baromètre de votre équilibre de vie

C’est un peu comme dire une lapalissade, ou enfoncer un clou dans le vide, bref une évidence, mais, c’est sûr, on a du mal à installer durablement ces petites précautions pourtant si efficaces pour un mieux-être quotidien.

  • Les yeux qui piquent ? L’atmosphère est peut-être trop sèche. Bureau surchauffé, climatisé, ou ventilé ? Placez des saturateurs ou laissez un bol d’eau sur le radiateur ou tout près.
  • Buvez suffisamment d’eau chaque jour : 1litre à 1,5l, sur l’ensemble des boissons de la journée (hors alcools et en évitant les sodas en continu évidemment !)
  • Privilégiez les coins sans fumeurs ou les espaces aérés. Les ambiances enfumées agressent les yeux.
  • Pour une bonne hygiène de vie : un bon sommeil, suffisamment d’exercice en plein air, une alimentation variée et équilibrée.
  • Certains aliments sont bons pour nos yeux (rétine, cristallin, cornée) : une alimentation naturelle et variée assure les apports nécessaires à l’équilibre de vos yeux comme de votre corps.
  • Au bureau, pensez à faire des poses régulières si vous travaillez sur écran,
  • Repensez si c’est nécessaire l’ergonomie de votre bureau : bonne assise, filtre sur l’écran, bonne orientation par rapport à la fenêtre. Il est important d’éviter le contre-jour, ou une trop grande obscurité.

 

Des yeux en bonne santé, au naturel !

  • Lutéine et zéaxanthine, pigments présents dans la rétine aident à réduire les risques de dégénérescence rétinienne, en particulier la DMLA. Les poivrons jaunes, les mangues, les myrtilles et les légumes à feuilles vertes, comme les épinards sont riches en lutéine. La xéaxanthine est présente en quantité intéressante dans les poivrons rouges, les brocolis, le maïs, la mâche, les œufs et les agrumes.
  • Les fruits à coque, entiers ou sous forme d’huile 1ère pression à froid, les graines germées de lin, de luzerne, de mâche apportent en bonne quantité l’Oméga 3 indispensable à la rétine pour une bonne absorption de la lumière.
  • Les agrumes riches en vitamine C protègent le cristallin et la cornée de l’oxydation par les radicaux libres ambiants.
  • Les carottes sont riches en bêta-carotène. Cet antioxydant, précurseur de la vitamine A, entretient la santé cellulaire de la rétine. Une carence en vitamine A peut provoquer une diminution de l’acuité visuelle et un assèchement de la conjonctive de l’œil.
  • Les myrtilles et cassis contiennent des anthocyanidines utiles à la régénération du pourpre rétinien, nécessaire à l’acuité visuelle de nuit et efficace contre la fatigue oculaire, à consommer sans modération, vu la rareté de ces petits fruits…

 

Faîtes-vous plaisir en variant fruits et légumes sous forme de jus, de crudités à chaque repas, de graines germées dans vos salades pour booster votre santé autant que votre vue !

De bons yeux, oui mais de beaux yeux !

Penser santé n’empêche pas de penser beauté ! Pour un regard captivant, la peau fine et fragile du contour de l’œil doit être délicatement soignée, d’autant plus que la fixation sur l’écran à tendance à provoquer le plissement inconscient et continu des yeux pour ajuster la vision. Encore plus vrai à l’âge de la presbytie !

Voici un petit geste de beauté quotidien, que l’on soit homme ou femme, pour conserver un regard frais et attachant. Pour les fans de bio, de naturels, et de cosmétiques maison, cette crème « contour de l’œil » ouvrira votre regard et raffermira le pourtour de l’œil. Une recette de grand-mère à réaliser avec des produits 100% bio si possible.

Ingrédients : 2 cuillères à café de beurre de karité, 2 cuillères à café de cire d’abeille en copeaux, 2 cuillères à café d’huile d’avocat, 3 cuillères à café d’huile d’amande douce, 1 cuillère à café de gel d’Aloès Véra, 1 cuillère à café d’eau de bleuet et 5 gouttes d’huile essentielle de carotte

Au bain-marie, faites fondre le beurre de karité et la cire, ainsi que l’huile d’avocat et d’amande douce. En dehors du feu, ajoutez tout en fouettant vigoureusement le gel d’Aloès Véra et l’eau de bleuet. Agissez comme pour monter une mayonnaise et ajoutez 5 gouttes d’huile essentielle de carotte.

À appliquer chaque matin en soin hydratant et protecteur.

 

 

 

Les farines alternatives.

Les farines alternatives.

Les farines de blé sont très souvent trop raffinées. À force d’y ajouter des substances pour retrouver toutes leurs vertus d’avant, ces farines finissent par être nocives pour notre santé.

Mais il existe des farines alternatives qui peuvent être utilisées par les personnes intolérantes au gluten mais aussi par tous ceux qui souhaitent varier leur alimentation.

On peut distinguer 2 types de farines sans gluten : les indispensables et les additionnelles.

 

Les farines indispensables.

Elles sont faciles à trouver dans le commerce et constituent des alternatives simples à utiliser à la place de la farine de blé.

La farine de sarrasin

La graine de sarrasin est la plus connue des pseudo-céréales. Cette graine est très utilisée notamment en Bretagne pour fabriquer les fameuses galettes. Le goût du sarrasin est assez typé et rappelle celui de la noisette. Il permet notamment de donner un petit gout rustique à vos préparations.

La graine de sarrasin est hautement nutritive, riche en fibres et elle contient aussi des protéines. Après la farine de blé, c’est une des farines les plus connues et elle se trouve donc facilement dans le commerce. Les produits dérivés également puisqu’il est de moins en moins rare de trouver des nouilles soba par exemple. Faites attention toutefois en choisissant votre farine, il arrive parfois que la farine de sarrasin soit coupée avec de la farine de blé.

 

La farine de riz

C’est la plus facile à utiliser pour remplacer la farine de blé. Son gout particulièrement neutre et sa légèreté en font le substitut idéal.

La farine de riz peut s’utiliser seule pour épaissir les sauces par exemple ou pour paner la viande. Pour du pain ou de la pâtisserie mieux vaut la mélanger à d’autres farines. Pour une recette, remplacez la farine de blé par un mélange ¾ farine de riz et ¼ fécule de maïs (Maïzena) ou 1/3 farine de riz, 1/3 farine de châtaigne et 1/3 fécule de maïs.

 

La farine de maïs

Elle se distingue de la fécule de maïs par sa composition et par sa couleur. La farine de maïs est jaune. Elle apporte une jolie couleur dorée.

La farine de maïs peut être utilisée seule pour remplacer la farine de blé mais également mélangée à d’autres farines pour une plus grande variété de saveurs et de consistances.

 

La fécule de maïs

Il ne s’agit ni plus ni moins que d’amidon de maïs. Pour alléger vos recettes remplacez la moitié de votre farine de blé par de la fécule de maïs. Ne la remplacez pas en totalité car la fécule de maïs ne contient pas de gluten et le résultat final de votre recette risque de ne pas être à la hauteur de vos espérances.

 

Les farines additionnelles.

Il ne s’agit que de quelques exemples car il existe une grande variété de farines alternatives. Elles servent pour la plupart à corser un peu le gout et la texture de vos préparations.

La châtaigne, le millet, le quinoa, le lupin, le soja, les lentilles vertes, les pois chiches…il est possible de faire de la farine avec à peu près toutes les graines.

 

La farine de quinoa

Elle a toutes les caractéristiques nutritionnelles du quinoa, elle est facile à digérer, et est riche en protéines. L’absence de gluten le rend difficile à utiliser pour le pain ou la pâtisserie mais on peut remplacer 20% de la farine de blé par de la farine de quinoa dans la plupart des recettes sucrées ou salées.

On peut la trouver directement sous forme de farine dans les magasins bio. Sinon, un moulin à grain ou un superblender comme le vitamix pourront vous aider. Si vous souhaitez préparer vous-même votre farine de quinoa parce que vous suivez un régime sans gluten strict, pensez à réserver des ustensiles pour cet usage et à ne pas les mélanger avec d’autres qui pourraient être en contact avec du blé. Ce contact contaminerait tous les ustensiles.

La farine de châtaigne.

Elle ne contient pas de gluten et possède de réels atouts nutritifs. La farine de châtaigne est consommée depuis plusieurs siècles en Corse ou dans les Cévennes. Elle constituait un palliatif au blé, notamment lors des périodes de famines. C’est peut-être la farine la plus facile à trouver en dehors de celles de blé ou de sarrasin.

Tout comme pour la farine de quinoa, elle est difficile à travailler mais vous pouvez remplacer 1 quart de la farine de blé de votre recette par de la farine de châtaigne. Cela apportera un changement subtil au gout de votre préparation et améliorera ses qualités nutritives.

Pour exemple voici une recette de pâte à crêpe à la farine de châtaigne : 250 g de farine de blé, 250g de farine de châtaigne, 3 œufs, 70g de beurre et 1 litre de lait. Mélangez bien les 2 farines avant d’incorporer les autres ingrédients. Et régalez-vous !

 

La farine de pois chiche

La farine de pois chiche a une saveur légèrement sucrée. Elle arbore une couleur jaune pâle et est très utilisée en Inde mais aussi sur le pourtour méditerranéen.

Elle peut s’utiliser seule en remplacement de la farine de blé, notamment dans les recettes de beignets ou de cake. Pour un résultat un peu plus aéré, mieux vaut toutefois la mélanger à d’autres farines comme celle de riz.

Le pois chiche est riche en protéines végétales, en vitamines et minéraux et en fibres alimentaires. Et on retrouve tous ces bienfaits dans la farine.

Il existe de nombreuses recettes à base de farine de pois chiche. Dans le Sud de la France, elle est utilisée pour fabriquer la socca niçoise. La farine de pois chiche peut aussi servir à fabriquer de délicieuses crêpes. Pour cela, mélangez 300g de farine de pois chiches avec du sel, du cumin et 50cl d’eau. Laissez reposer la pâte et confectionnez vos crêpes comme avec une recette classique. Au moment de déguster, nappez vos crêpes avec du fromage frais ou des purées de légumes. Bon appétit !

 

Si vous souhaitez il est très facile de réaliser vos propres farines maisons ! En effet, grâce à notre gamme de moulins vous pourrez facilement moudre vos grains pour de véritables farines maison. Le moulin à farine permet de transformer les grains de céréales en farine selon vos besoins.