Blog :

Canicule et sommeil : le test du matelas rafraichissant

Canicule et sommeil : le test du matelas rafraichissant

Les Chaînes météo annoncent partout en France des températures moyennes supérieures à 36°C durant le mois de juillet-août 2018 !!!
Avec des températures pareilles, nous avons des difficultés à nous endormir et à trouver un sommeil réparateur : jambes lourdes ou sans repos, bouffées de chaleur ou maux de tête en raison de la température. Et la climatisation n’est pas toujours adaptée.
Non seulement son prix est élevé mais sa consommation au final l’est encore plus et beaucoup de personnes sont allergiques à la clim. Chambre à coucher trop froide et c’est le rhume garanti au réveil. On cherche à se couvrir et c’est l’obsession continue pour les jambes : en dessus ou dessous de la couverture, bref des nuits agitées.
Sans compter ses effets nocifs sur l’environnement. Il y a une dizaine d’années, le docteur Tamburini, phlébologue s’est penché sur la question et a conçu un matelas thermo régulé qui rafraîchi uniquement à l’emplacement où l’utilisateur est couché.

Sur-matelas rafraichissant pour une nuit tranquille.

Une société française a mis au point un concept de la climatisation localisée. L’utilisateur choisit simplement sa température de confort au coucher et pendant toute la nuit, au degré près entre 18 et 48° Celsius (selon la saison). Confortable et ultra-sécurisé, il s’agit d’un sur-matelas rafraichissant peu épais de dimensions standards : 70 ou 140 x 190 cm. De plus on peut avoir une ou deux télécommandes différentes pour choisir en couple des températures différentes. Leur prix varie entre 300 & 600€ selon la version individuelle ou en couple, mais l’investissement est largement amorti par rapport à l’usage des climatiseurs.

Oreiller rafraichissant : petit mais puissant !

Pour de plus petits budgets (environ 39,00€), on peut opter pour un oreiller rafraîchissant « Coolpad » dont les caractéristiques sont les suivantes :
  • Un oreiller toujours frais.
  • Lutter contre les troubles du sommeil et les insomnies.
  • Soulager les maux de tête, migraines et céphalées.
  • Lutter contre une mauvaise circulation sanguine, jambes lourdes, varices, jambes gonflées ou sans repos.
  • Limiter et soulager la sudation, les transpirations nocturnes et bouffées de chaleur.
Le Coolpad ne nécessite aucune activation !
En effet, l’oreiller rafraichissant se glisse sur ou sous votre taie d’oreiller. Les propriétés des mini-cristaux internes sont tels que le sur-oreiller absorbera littéralement votre excès de chaleur, vous entrainant rapidement vers le sommeil. Enfin la sensation de fraîcheur durera alors plusieurs heures. Endormissement garanti !
(Source : Pluriel Nature • 15 juillet – 30 septembre 2018 )
Les bars à jus : la folie de l’été ?

Les bars à jus : la folie de l’été ?

Les plus anciens des Marseillais se souviennent peut-être de ces petits bars à jus de fruits qui se nommaient « Station uvale ». La dernière représentante se situait cours Puget, devant le palais de justice, jusqu’à l’été 2015.

Le concept des bars à jus ?

Dans une guérite verte bien kitsch, que l’on ne pouvait trouver qu’en été, puisque vous ne pouviez y consommer que des jus de fruits de saison fraichement pressés devant vous à la minute, on vous servait des jus de raisin principalement (d’où le nom de Station uvale, uval signifiant « qui se rapporte au raisin ») mais également quelques jus plus exotique comme un jus orange-ananas.

Comme quoi on n’invente rien. Consommer des fruits et des légumes frais et de saison pour en obtenir le plus de bienfaits n’est pas nouveau.

L’autre avantage de ces stations uvales était qu’on vous servait ces jus de fruits dans des verres en verre ! Pas de notion de vente en emporter. Vous voulez un jus de fruit ? Eh bien il va falloir prendre quelques minutes pour le déguster. Pas en terrasse lunettes de soleil vissées sur le nez puisqu’il n’y en a pas mais accoudé au comptoir comme un vrai aficionado.

Mais n’essayez plus de trouver ces petites haltes bien pratique en déambulant dans les rues de Marseille, il me semble qu’il n’y en a plus.

Ils envahissent le monde !

C’est la nouvelle mode importée des USA et qui arrive lentement depuis Paris. Les bars à jus. Les Américains en sont friands. À toute heure de la journée vous pouvez vous y faire servir des jus de fruits frais et même des boissons mélangées à base de laits végétaux.

Et ça arrive enfin sur Marseille. Après tout, pourquoi est-ce qu’il n’y aurait que les Parisiens qui pourraient bénéficier d’un fast-juice healthy ? Les bars à jus sains se multiplient dans le centre-ville et vous pourrez y déguster toutes sortes de recettes différentes et bonnes pour la santé. Préparés à la minute devant vous, avec un extracteur ou une presse spéciale, ces jus sont remplis de vitamines et nutriments. Dans certaines salles de sport également vous pouvez trouver ces préparations toutes fraiches, mais attention tout de même. Si les jus sont stockés dans un frigo, leur durée de conservation n’excède pas quelques heures puisqu’ils n’ont pas de conservateurs et ne sont pas pasteurisés.

 

Bars à jus : des inconvénients ?

Parce que oui il y en a. D’une part, on est sur une mode fast-food nomade. Si les bars à jus sont loin de la junk-food débordante de gras et de sucre, ils cautionnent la vente à emporter. Les jus préparés sont stockés dans des bouteilles et gobelets en plastique ou en carton ce qui n’est pas top pour l’environnement.

Et comme nous venons de le signaler, dans les cas où les jus sont stockés dans un frigo, faute de préparation sur place, leur conservation doit être très limitée. Au-delà de quelques heures, les vitamines et nutriments qui sont préservés par l’extraction à froid et la presse lente ne sont plus que de lointains souvenir dans les jus. Les contenants sont également en cause. Une jolie bouteille en plastique transparent et bonjour l’oxydation.

Ceci dit, le concept reste intéressant. Boire un bon jus de fruit fraichement pressé et mélangé à d’autres ingrédients savoureux et bons pour la santé ça reste une bonne intention. Et puis, l’extracteur de jus, qui reste une des meilleures solutions pour se préparer des jus de fruits et légumes de saison maison, n’est pas encore rentré dans toutes les cuisines comme le four ou la plaque de cuisson.

Vers des étés sans plages…

Vers des étés sans plages…

C’est la saison estivale, celle qu’on attend tous pour reprendre des couleurs. Les terrasses, les cafés entre amis, la plage et le sable chaud qui caresse la plante de vos pied, il fait tout simplement bon vivre.

Justement parlons de la plage, ce que beaucoup de gens ne savent pas c’est que si nous continuons à extraire le sable nous risquons de les perdre. Le sable est la deuxième ressource la plus consommée, c’est un ingrédient clé dans la production de nombreux objets. Verre, objets électronique ou encore dentifrice contiennent du sable.

 

Pourquoi les plages risquent elles de disparaître ?

L’infographie de Trade Machines revient clairement sur les enjeux économiques et environnementaux du sable. Le secteur de la construction est l’industrie la plus gourmande en sable. Notre consommation en sable a explosé sous le coup du développement de nouvelles villes et des projets immobiliers pharaoniques. Or le sable comme toute ressource n’est pas inépuisable.

Dans le secteur de la construction, seul le sable marin est utilisé dans la confection du ciment, grâce à ses qualités agglomérantes. De plus, en extrayant ce sable sur le littoral, nous fragilisons l’équilibre de la mer, qui progressivement grignote la plage. Les plages avancent partout dans le monde, en Californie, l’eau salé détruit même les habitations au bord de la plage, au Maroc c’est l’extraction illégale qui détruit l’industrie du tourisme.

Comment agir contre la disparition des plages ?

Des alternatives à la consommation de sable existent : de plus en plus de foyers français se tournent vers des modes de constructions alternatifs. Des constructions reprenant les techniques ancestrales comme l’usage de la terre crue ayant un faible impact écologique.

Le recyclage de verre permet aussi de réduire notre consommation de sable. En effet, il peut être réutilisé dans la fabrication de béton.

 

Enfin, il faut une action citoyenne et une prise de conscience sur ce sujet. L’association “Le peuple des Dunes” qui lutte contre l’exploitation d’un gisement de sable dans la Baie De Lannion, vient de remporter son combat après des années de lutte. Une lutte qui a permis de protéger le patrimoine français.