Blog :

Les huiles végétales : une substance à décanter

huiles-vegetales-blog-davidson-distribution
huiles-végétales-blog-davidson-distribution
Il existe une grande variété d’huiles végétales et elles n’ont pas toutes les mêmes propriétés. Notre alimentation nous fait en consommer déjà pas mal à l’insu de notre plein gré et pas forcément les meilleures pour notre santé. Petit tour d’horizon.

Le problème des huiles végétales c’est quoi ?

Les matières grasses en général, sont composées en grande partie (99%) de triglycérides : les acides gras saturés, les monoinsaturés et les polyinsaturés.
Les acides gras saturés sont mauvais pour la santé. Ce sont eux les responsables des artères bouchées. Les mono et polyinsaturés sont, quant à eux, bons pour la santé et on peut les trouver dans quantité d’aliments. Attention toutefois avant de crier haro sur les acides gras saturés, tous ne sont pas nocifs. Seulement 3 variétés présentent de réels risques pour la santé. Ces 3 acides gras saturés se retrouvent en grande partie dans les graisses animales, dans l’huile de coco et dans l’huile de palme.

La palme de la nocivité.

C’est dans l’huile de palme que l’on retrouve le plus de ces acides gras saturés. Et l’huile de palme concentre aussi les polémiques. D’une part à cause des impacts des acides gras saturés sur la santé et d’autre part sur l’environnement (exploitation environnementale, travail des enfants, déforestation…).
Et en plus…
L’huile de palme est celle que l’on retrouve le plus dans l’industrie agro-alimentaire. Dès que le terme « huile végétale » apparait dans la liste des ingrédients d’un produit industriel vous pouvez être sûr qu’il s’agit d’huile de palme.
Même si les méfaits de l’huile de palme sont connus depuis longtemps elle reste une source de gras facile à utiliser et plus rentable car non seulement elle peut être utilisée de pleins de manières différentes mais en plus elle est moins chère que d’autres sources de gras.

Mais alors comment faire ?

Lire les étiquettes des produits que l’on achète. C’est un bon moyen de limiter la dose d’huile de palme que nous consommons chaque jour.
Faire la cuisine à la maison. Au moins, on peut contrôler le gras que l’on met dans nos préparations.
Varier les huiles végétales que l’on utilise. Colza, tournesol, noix, pépin de raisin… il en existe une multitude. Elles ont toutes une saveur différentes et surtout ne s’utilisent pas de la même façon. C’est le moment d’introduire un peu de folie dans votre cuisine. Remplacez l’huile de tournesol ou l’huile d’olive de la vinaigrette par de l’huile de noisette ou de sésame

Crudi-végétaliens et sans carences !

une soupe nourrissante pour les crudi-végétaliens
Soupe de courge-carottes-pomme de terre-graines germées, et sa tranche de pain.

Crudi-végétalien, qui suis-je ?

A la croisée des comportements visant la vitalité et l’éthique du vivant, il y a le crudi-végétalien. Contraignant ? Peut-être. Risqué d’après les sceptiques de tout poil, en tout cas les crudi-végétaliens doivent respecter quelques précautions pour éviter les carences !

Végétalien ET Crudivore, petit ZOOM !

Crudi-végétalien quésako ? Reprenons les bases !

Equilibre alimentaire des crudi-végétaliens
Rouleaux de printemps crus et végétalien pour les crudi-végétaliens

D’un côté, le végétalien exclut, comme le végétarien, toute chair animale (viande, poissons, crustacés, mollusques) mais aussi la consommation des autres produits d’origine animale (œufs, produits laitiers, miel, etc.).

De l’autre côté, le crudivorisme se compose à 75% d’aliments crus. La viande de porc, le bœuf, le poisson, les produis laitiers ou encore les œufs, ne représentent que 25% de cette alimentation.

Donc, associer les deux régimes signifie donc permuter 25% de l’alimentation crudivore d’animal à végétal. Dis comme cela c’est simple, mais dans les faits, c’est un peu un casse-tête chinois, pour compenser les apports en protéines, acides aminés et calcium, entre autres !

Crudi-végétaliens ? Des protéines, oui, mais des protéines !

Dans tout mode alimentaire, les protéines sont vitales ! La spécificité des protéines animales repose sur leur décomposition par l’organisme en acides aminés recomposées en protéines adapté au corps humain. En cas de déséquilibre (maladie, stress, effort physique, sport, âge) l’organisme puise dans ses réserves d’acides aminés. Peau, cheveux, ongles peuvent être les premiers signes de carence : soyez vigilants !

C’est pourquoi associer les végétaux, céréales, légumineuses entre eux pour remplacer les protéines complètes de la chair animale est une approche essentielle. C’est là que ça coince : le crudivore ne mange pas ou quasi pas de céréales ! Que faire ?

Crudi-végétaliens : équilibrez votre propre régime !

Selon l’ANC (Apports Nutritionnels Conseillés), l’équilibre alimentaire assure les apports en nutriments indispensable sans excès énergétique. Normalement pour 1000 calories consommées, il faut obtenir 11 à 15 % de protéines, 30 à 35 % de lipides, 50 à 55 % de glucides. Cela correspond à 50 à 80g de protéines par jour pour 1500 à 2000 kcal consommées . Conclusion ?

Quelques notions simples doivent rester présentes à votre esprit :

  • Soyez attentif dans le temps à avoir ce niveau d’apport en moyenne sur une semaine. Trouvez les bons aliments avec la bonne concentration en protéines, sans négliger la variété. Voir ci-dessous !
  • Mettez du bon sens dans vos repas : mangez varié, découvrez un nouveau légume vert feuillu par semaine, faîtes se succéder les saisons dans votre assiette.
  • Soyez souple : le 100% crudivore n’est pas obligatoire. Si vous êtes à 75% d’aliments crus, vous avez une marge de manœuvre, pour compléter votre apport en protéines tout en respectant les exigences du végétalisme.

Les graines germées, des merveilles protéinées !

Modération et variété ! Par exemple, un excès de noix (au sens large) peut entraîner un excès calorique et de glucides ! Ne misez pas tout sur un aliment.

Céréales, légumineuses, noix au sens large peuvent être associées sans renoncer à vos choix. Astuces ? Pensez au chou kalé, chou-fleur, pêche, banane riches en protéines. Mais il y en a bien d’autres à découvrir.

Et surtout, ne passez pas à côté de l’apport exceptionnel des graines germées, si possible germées chez vous. Issues de végétaux, de céréales, de légumineuses ou d’oléagineux, elles vous donneront à la fois la variété gustative et la variété nutritionnelle indispensables. La preuve ? Pour une portion de 100g de l’aliment sur 1000 kcal absorbées (Source Association végétarienne de France) voilà des apports protéiques remarquables : graines de courge : 45 / graines de tournesol : 40 / graines de lupin : 97 / luzerne germée : 138 / radis germé : 89.

Dans le respect du bon sens et de votre corps les graines germées vous aident à être crudi-végétalien en toute vitalité !

Pourquoi faut-il manger des noix ?

Cholestérol, cœur, transit, ligne… les bienfaits des noix sont divers sur votre organisme. Nous allons vous expliquer pourquoi vous ne pourrez bientôt plus vous passer de ces petites graines.noix

Petite précision, dans la suite de cet article, le terme « noix », désigne tous les fruits à écale, c’est-à-dire noix, noisettes, amandes, pistaches et cajous… et pas seulement les fruits du noyer. Mais si le terme est impropre, il est plus générique et plus utilisé que le terme « fruit à écale ».

Les bienfaits.

Les noix sont riches en fibres. Prenez-en quelques-unes avant le repas pour retarder la sensation de faim. Une fois arrivées dans l’estomac, les noix se gonflent d’eau et vous donnent ainsi l’impression d’être déjà rassasié. La richesse en fibres des noix aide également à réguler le transit intestinal.

Les noix sont riches en stérols végétaux, elles aident donc à réguler le taux de cholestérol dans le sang. Réguler le taux de mauvais cholestérol dans le sang aide à diminuer les risques de maladie cardio-vasculaires.

Les noix sont également riches en oméga-3 et en magnésium, elles aident donc au bon fonctionnement du cœur.

Les noix sont de puissants antioxydants, elles aident à lutter contre les radicaux libres responsables du vieillissement de la peau. Consommer 25g de noix fraîches en guise d’encas à 11 heures par exemple participe aux apports nécessaires en vitamine B, en potassium, en fer, en cuivre et en zinc.

 

Les limites des noix.

Attention cependant à ne pas dépasser certaines quantités journalières. Au-delà de 30g à 50g par jour, les lipides contenus dans les noix, même s’ils sont de bons lipides, auraient des effets néfastes.

Les noix sont souvent accusées de causer une prise de poids. C’est effectivement le cas lorsqu’elles se rajoutent à une autre source de lipides. Si les noix sont consommées en remplacement d’une autre source de lipides, des études canadiennes ont montré que les noix généraient une prise de poids moindre.

Les noix sont souvent causes d’allergie. Souvent associée à l’allergie aux arachides, l’allergie aux noix peut causer de graves réactions, allant jusqu’au choc anaphylactique. Il est donc souvent conseillé aux personnes allergiques à l’arachide de ne pas consommer de noix.

Les personnes sensibles aux calculs rénaux doivent aussi surveiller leur consommation de noix. En effet, une des substances que l’on retrouve dans les noix serait responsable des lithiases urinaires.

Les noix et autres fruits secs sont également réputés pour favoriser les aphtes. Faites donc attention si vous en consommez de grandes quantités quotidiennement.

Enfin, les noix sont à consommer nature ! Vous pouvez donc oublier les M&m’s, les chouchous, les pralines et autres vedettes des grignottages. Oubliez également les cacahuètes et amandes grillées et salées de l’apéritif. Ces noix-là ne sont pas top pour votre santé.

 

L’extracteur de jus, héros de l’alimentation vivante !

Freshly squeezed vegetable juices

Oui à une alimentation saine et vivante ? 

Décidé(e) à modifier vos habitudes alimentaires, vous rêvez d’une alimentation saine, qualitative en nutriments essentiels, de jus frais et vitalisants ? Motivation, expériences à tenter et envie de saveurs vous guideront pour associer ce choix alimentaire aux attentes des amis ou de la famille, les besoins et goûts de vos enfants.

Adoptez le cru, le naturel et l’essentiel de l’aliment !

Une alimentation vivante, c’est à dire sans cuisson (ou à ultra basse température), donne à votre organisme le meilleur des fruits et légumes (vitamines, enzymes, sels minéraux et acides aminés).

Mais le cru peut s’avérer délicat pour les intestins. D’abord il faut y aller petit à petit et en étant attentif à votre corps, à vos sensations, car chacun a un degré variable de tolérance aux fibres contenues dans les légumes et les fruits.

La digestion des fibres crues prend 3 à 5 heures, là où le jus extrait se digère en 15 minutes. Et son apport nutritif sera d’autant plus rapidement assimiler par l’organisme, sans altération, ou très peu.

A cette étape, il vous manque le petit plus dont vous entendez parler à droite ou à gauche… Extracteur de jus, quezako ?

L’extracteur de jus, l’invention du siècle ?

L’idée d’éliminer les fibres à l’extraction, tout en conservant les qualités des aliments, est, un jour, venu à un petit, (enfin grand !) génie, d’ailleurs père reconnu de l’alimentation vivante, Norman W. Walker (USA, 1885-2007), le premier à identifier les vertus des jus extraits.

Le Norwalk, de Norman W. Walker, l'extracteur originel
Le Norwalk, de Norman W. Walker, l’extracteur originel

C’est ainsi que le premier extracteur de jus Norwalk vit le jour dans les années 1930/1940.  Au passage, Norman W. Walker, auteur de nombreux ouvrages sur l’alimentation est à lire absolument, pour aussi y voir plus clair !

Les adeptes de jus et de crus se sont multipliés et les modèles d’extracteurs aussi!

 

L’extracteur de jus, l’ami qui vous veut du bien !

Qu’a donc de particulier cet appareil vanté comme indispensable pour une alimentation saine ?

En cuisine traditionnelle, au-delà de 42° les vitamines, sels minéraux et antioxydants commencent à être détruits. Ils le sont complètement au-delà de 60°. L’alimentation vivante réduit à rien ou à très peu la cuisson des aliments.

L’extracteur est un appareil à main ou motorisé muni d’une vis (voire deux) sans fin, qui broie et presse les aliments pour en extraire le jus sans altération des nutriments, sels minéraux et vitamines. Le pressage se fait sans production de chaleur dans la zone de passage des aliments et à une vitesse qui permet d’extraire le maximum de jus en quantité et en qualité. Un concentré de micronutriments et antioxydants vitaux et  selon votre goût et votre tolérance, le jus se consomme avec plus ou moins de fibres, donc plus ou moins épais et pulpeux.

Avec l’extracteur de jus, un monde de saveurs et une cuisine fraîche, inventive et colorée !

Couleurs, saveurs, variétés sont les maîtres mots de l’extracteur de jus au-delà des bienfaits nutritionnels qu’il vous offre. C’est un investissement santé. Mais qui peut le plus, peu le moins, ET l’extracteur de jus, on en devient adepte ou on l’oublie. Non pas à cause de l’extracteur, plutôt du fait d’une difficulté à passer au jus de légumes crus. C’est le changement d’alimentation qui demande patience et motivation, car oui, notre culture culinaire ne nous aide pas toujours. Et pourtant…

Avec un extracteur de jus, on (re) découvre et on crée à volonté :Jus vertJus de fruits, jus de crudités (carottes, concombre, radis), légumes (choux, poireaux, céléri), laits végétaux (soja, amandes, noisettes…),  smoothies, soupes froides ou mi-cuites, mais aussi les préparations de vos apéritifs trempettes ou snackingcomme houmous, tapenades de légumes, guacamole, les purées de bébé, les entremets vegan à base de pommes et de bananes, les pâtes fraîches (avec une douille spécifique), les sauces…les possibilités sont infinies.

Sans compter que l’appareil, simple d’utilisation, manuel ou électrique, donne l’occasion d’inventer entre amis ou en famille les variantes les plus curieuses ou surprenantes ! Reste à choisir celui qui vous convient…

Cet hiver, je mange CRU et je n’ai pas peur du froid !

Quand l’hiver détruit votre énergie…n’oubliez pas de manger cru !

Sensations de froid, voire frissons permanents, fringales répétitives et coups de pompe insurmontables. Que faire ? Manger cru !

Le cru et les graines germées, pour un hiver vitalité !
Le cru et les graines germées, pour un hiver vitalité !

Réponse 1 :  on se précipite sur les soupes bouillantes (bon, ce n’est pas si mal !), les plats en sauce, les mijotés de viandes et de féculents, les assiettes de pâtes, les pâtisseries-thé cocooning dans le canapé… Aïe ! Adieu vitalité !

ou bien, Réponse 2 : sortir de ce schéma et… manger équilibré, varié ET cru aussi ! Oui manger cru en hiver c’est possible, et même tout à fait recommandé ! Rien de tel qu’une bonne portion de crus, additionnée de graines germées à chaque repas pour aider le corps à supporter le froid, et éviter les coups de mous. Car riche et lourde, notre assiette hivernale est souvent aussi carencée !

Cru et graines germées, la recette d’un hiver au top !

Tout d’abord, notre corps aime que l’on soit en phase avec les saisons. Profitez pleinement des légumes du moment, en local et en bio si possible, pour donner à votre organisme ce qui correspond naturellement à ces besoins.

Pour cela, pensez à intégrer à vos entrées ou à vos repas crus (si vous êtes crudivores), les graines germées, véritable concentré d’apports nutritifs. Et puis le cru nécessite de mastiquer. Ors le masticage prépare le système digestif et envoie des informations de satiété au cerveau. Plus vite rassasié, vous serez moins sujet au coup de barre !

Pour passer un hiver sans encombres…

Conserver une belle énergie en hiver nécessite un apport supplémentaire en vitamine D. Cette vitamine, procurée à 95% par la lumière et l’ensoleillement, dépend beaucoup plus de notre alimentation en hiver. Elle est présente en quantité très intéressante dans certaines graines germées, comme l’alfalfa (ou luzerne) et la graine de tournesol. Ces graines apportent en grande quantité aussi de la vitamine B9, (recherchée car non produite par l’organisme), utile au bon fonctionnement métabolique.

Lutter contre le froid impose de booster votre système immunitaire et votre circulation sanguine, avec une alimentation riche en enzymes digestives, en vitamines B et C, en fer et en magnésium. La source à privilégier ? Non pas les compléments alimentaires mais bien les légumes, fruits, et graines germées crus.  Ces nutriments, intégrés à chacun de vos repas, seront le gage d’un apport continu et varié en vitamines et sels minéraux de qualité.

Manger cru ne veut pas dire manger froid !

Certes, le cru dans votre assiette en hiver peut sembler contradictoire voire peu attractif ! Respectez vos sensations, si vous n’avez pas l’habitude du cru, allez-y doucement mais avec constance et variété. Votre système digestif reprendra de bonnes habitudes.

Mais cela ne veut pas dire manger glacé ou froid ! Les aliments crus peuvent être cuits en-dessous de 42°C (au-delà la plupart des enzymes et certaines vitamines disparaissent). Manger des plats crus et chauds, comme des soupes crues, ou mi- crues mi-cuites, est une bonne solution. Ou alors réchauffez les aliments à la casserole à feu doux, en mélangeant régulièrement.

Astuce crudivore

Voici un truc tout simple pour ne pas trop chauffer vos préparations. Touchez votre préparation, si vous sentez la chaleur, en-deçà de la sensation de brûlure,  votre plat est chaud juste ce qu’il faut pour conserver toute sa richesse nutritionnelle !

Zoom sur … La lentille.

pot de lentilles blondes

La lentille est une graine comestible riche en protéines. Il en existe de différentes couleurs, des plus claires au plus foncées. La couleur varie en fonction de l’espèce de lentille.

La culture de la lentille.

La lentille est cultivée partout dans le monde. On retrouve parmi les pays les plus producteurs le Canada, les USA, l’Inde, l’Australie et la Turquie. Elle ne se rencontre pratiquement plus à l’état sauvage. Pour les cultures que l’on rencontre en France, la lentille verte du Puy bénéficie d’une AOP.

Depuis l’Antiquité, la lentille est cultivée pour ses graines riches en fibres, sels minéraux et surtout protéines. Mélangée à des céréales, la lentille permet d’avoir une alimentation équilibrée très facilement. C’est d’ailleurs une des légumineuses les plus digestes pour l’Homme. En Inde, elle constitue même la base de l’alimentation avec le riz.

Les bienfaits.

Les légumineuses sont des légumes secs, leur caractéristique principale est de pousser dans des gousses ce qui n’est pas le cas des légumes verts par exemple.

Les lentilles, comme la plupart des légumineuses, sont intéressantes d’un point de vue nutritionnel. En effet, elles sont riches en protéines végétales, en fibres, en minéraux et vitamines et surtout, elles sont pauvres en lipides.

Par contre, les légumineuses seules ne suffisent pas à combler tous les apports nutritionnels nécessaires au quotidien. Il est important de les associer à des céréales par exemple. Un plat qui associe pâtes et lentilles ou blé et pois chiches peut aisément remplacer une portion de protéines animales et constitue un repas complet et équilibré, à condition d’y ajouter un fruit ou un légume, comme une tomate ou du brocoli, par exemple.

Un petit bémol quand même.

Le principal inconvénient des légumineuses reste cependant leur difficulté de digestion. La lentille est tout de même la plus facile à digérer.

Quelques règles simples à observer permettent tout de même de limiter cet inconvénient. Faites tremper les graines avant de les faire cuire et de les consommer. Et intégrez-les progressivement à votre alimentation pour permettre à votre système digestif de s’y habituer.

Et la lentille germée alors ?

Elle offre encore plus que la lentille sèche ! Il est très facile de faire germer des lentilles : 12h (1 nuit) de trempage, 4 jours de germination (avec 2 rinçages par jour) et les lentilles germées sont prêtes à être dégustées. En salade ou dans des wraps, c’est comme vous les aimez. Une fois germées, les lentilles sont encore plus digestes et auraient même un petit goût, très frais, de petit pois sucré.

Les remèdes naturels pour affronter l’hiver

Green spa tea in a glass cup, detox and relaxing warm drink

Pensez aux plantes pour repousser les microbes.

Le froid est là ! La grippe aussi depuis plusieurs semaines et elle n’a pas encore atteint son pic. Vous y avez eu droit ? Pas encore ? Il est encore temps de se prémunir contre ce fléau de l’hiver et en plus avec des remèdes naturels.

Il existe une infinité de recettes et de variantes de tisanes et infusions que vous pouvez adapter à vos goûts et à vos besoins.

Revenons à la grippe. Pour vous soigner avec des remèdes naturels voici une recette de tisane efficace. La tisane girofle-cannelle-thym et citron est un véritable bouclier contre les infections hivernales. Aux premiers signes du moindre rhume ou de toux, pourquoi ne pas essayer cette recette ?

La tisane anti grippe.

La tisane girofle-cannelle-thym-citron est très facile à préparer. Pour cela il vous faut : 2 clous de girofle, 1 bâtonnet de cannelle, 1 branche de thym et un citron. Mettez tous les ingrédients sauf le citron à bouillir dans de l’eau pendant 3 minutes et laisser infuser 10 minutes hors du feu. Au moment de déguster, ajouter le jus d’un demi-citron directement dans la tasse. Vous pouvez aussi ajouter une cuillérée de miel. En plus de sucrer votre boisson, le miel possède des vertus cicatrisantes et anti bactériennes. N’hésitez pas à boire cette préparation régulièrement au cours de la journée.

Les qualités défensives de cette infusion.

Parce que chaque ingrédient qui la compose possède des vertus particulières, cette tisane booste vos défenses immunitaires.

Le clou de girofle contient de l’eugénol qui a un effet analgésique et anti-inflammatoire (ça marche très bien pour les rages de dents aussi).

La cannelle, connue depuis l’Antiquité, contient aussi de l’eugénol. Elle est très efficace sur la digestion et stimule votre organisme ce qui a un effet sur vos défenses immunitaires.

Le thym est un antiseptique et a un puissant effet immunisant. Il va avoir une action purifiante sur votre organisme. C’est un ingrédient souvent utilisé en infusion et en association avec la cannelle et le citron.

Le citron contient des flavonoïdes dont l’action anti oxydante n’est plus à démontrer. Sa forte concentration en vitamine C va permettre de soutenir l’effet stimulant de la cannelle. Le côté astringent va vous aider à vous débarrasser des microbes. Le citron permet également de rééquilibrer le pH corporel.

Après tout ça, vous aurez tellement la pêche qu’un footing dans le froid hivernal ne vous effraiera plus. D’ailleurs il est recommandé de sortir de chez soi et de faire du sport surtout en hiver. Pensez également à équilibrer votre alimentation et vous aurez tous les atouts pour faire face à l’hiver sans souci.

Cambuza : un drive citoyen !

cambuza

Bienvenue !

Après les excès des fêtes de fin d’année… (mais non tout le monde a été raisonnable cette année !), si votre bonne résolution de ce début 2017 était de modifier votre façon de faire les courses ?

En fait, chez Davidson Distribution, on a une petite suggestion à vous faire. Une suggestion qui joue la carte du bien manger, du plaisir culinaire et de l’éco-citoyenneté tout en vous facilitant la vie. Une suggestion là tout près, à quelques roues de voiture…

Au cas où vous ne seriez pas encore au courant, Cambuza, un drive citoyen, a ouvert ses portes dans le courant du mois d’octobre dernier. Ce drive citoyen se situe dans la zone des Paluds, à Gémenos. La structure est une scop (société coopérative ouvrière de production).

Le drive citoyen : des produits sains et bio dans votre coffre

Vous y trouverez des produits sains, bio et surtout éco-citoyen. Le site internet présente une sélection de produits, comme dans un drive normal. Sauf que là, les produits sont bio et produits dans la région. Dans les rayons, vous trouverez des boissons, une épicerie, des produits d’entretien, des produits frais, un rayon bébé et des surgelés.

Si vous suivez un régime alimentaire spécifique, comme une alimentation sans gluten ou un régime vegan, Cambuza propose également des produits répondant à vos besoins et à vos contraintes.

Pour faciliter vos recherches en ligne, le site web annonce la couleur ! Une signalétique adaptée vous indique si le produit repéré est vegan, bio, équitable, sans gluten ou local (ou pourquoi pas tout ça à la fois !).

La plupart des produits sont issus de la région. Cambuza s’est associée à des producteurs locaux et des AMAP pour vous fournir des fruits et légumes frais de la région et de saison. Comptez une vingtaine d’euros pour un panier de légumes pour 3 à 4 personnes.

Les produits restent tout à fait abordables, comparés à d’autres distributeurs plus classiques.

Vous êtes dans le coin ? N’hésitez pas à venir faire un tour dans la boutique (car oui il y a aussi une boutique) située à Gémenos, non loin du Auchan Aubagne. Pour les plus pressés, Cambuza propose également un service Drive. Commandez en ligne et venez récupérer vos courses.

Côté pratique, le magasin et le drive sont faciles d’accès, un grand parking vous attend.

Allez découvrir Cambuza et soutenir l’insurrection pacifique locale et citoyenne de cette équipe éthique et dynamique.